2019 a été une année de grands bouleversements à plusieurs niveaux en matière de gestion des ressources humaines et en relations de travail. Quoi faire maintenant pour assurer la réussite de ces changements ?

Bien que certains changements à la loi sur les Normes du travail ont été en vigueur en juin 2018, la plupart sont entrés en vigueur le 1er janvier 2019. Ces changements, bien que certains étaient nécessaires, ont provoqué des ajustements dans les pratiques en ressources humaines des entreprises et organismes à but non lucratif au Québec.

Il a fallu réfléchir les pratiques existantes afin de s’assurer que les changements assuraient l’équité interne en matière de conditions de travail notamment en ce qui concerne le changement au niveau des vacances annuelles et de l’ajout des 2 congés payés en matière d’absence pour maladie ou obligation familiale.

Dans tous changements, il existe une part de stress et de résistance qui sont, je pense, nécessaires à assumer lesdits changements. Néanmoins, cela a aussi provoqué de belles discussions et des réflexions éthiques qui auront permis à tous de mieux comprendre l’essence même des changements d’un point de vue social, mais aussi organisationnel.

L’obligation de mettre en place une politique en matière de prévention du harcèlement a définitivement déstabilisé certaines organisations. Il a fallu réfléchir au processus, mais surtout, d’assurer la compréhension de tous les acteurs quant à la définition de harcèlement.

Certaines organisations sont allées plus loin, et c’est pour le mieux, en mettant en place un guide de civilité afin de non pas seulement prévenir le harcèlement, mais tous conflits potentiels.

Ces réflexions n’auraient peut-être pas eu lieu et c’est ce qui devient intéressant avec les changements. Ça fait avancer.
Maintenant que vous avez ajusté vos politiques, il s’agit maintenant en 2020 d’assurer leur application dans le concret. Encore une fois, il faut du temps afin de s’acclimater. Prenez-le.

Motivation et bonheur
En ce début d’année, vous avez probablement reçu des voeux de bonne année comme: « je te souhaite de la santé !. » ou encore : « je te souhaite le bonheur. » Ainsi, qu’en est-il du bonheur de vos équipes de travail ?

La croyance est que c’est à l’employeur d’assurer de motiver ses équipes et d’assurer leur bonheur. Or, ce sont des responsabilités qui doivent être partagées avec les employés. Les entreprises se doivent de mettre en place des structures organisationnelles qui vont stimuler les équipes, de leur donner les outils nécessaires à l’atteinte des objectifs, la flexibilité qu’il faut pour assurer un niveau de stress normal et assurer de saines relations de travail.

De leur côté, les employés doivent faire l’exercice de réflexion nécessaire à bien gérer leur carrière. Ils se doivent d’être en action et non d’attendre que l’employeur réponde à leur besoin. Ils doivent s’assurer de respecter certains critères reliés à la théorie de l’autodétermination notamment: le plaisir et le sens du travail. Cela devient très personnel. Encore faut-il le savoir.

Quelques articles en références:
la motivation au travail selon la théorie de l’autodétermination : :

http://www.mapageweb.umontreal.ca/mageaug/Articles/Forest_Mageau_2008_Dissemination%20paper.pdf
http://www.perreaultassocies.com/blogue-rh/developpement-des-competences/performant-ou-epuisement-2/
http://www.perreaultassocies.com/blogue-rh/remuneration-globale/quest-ce-qui-motive-vos-employes-largent/

Bonne année 2020 !

Ce texte ne constitue pas un avis professionnel. Les lecteurs ne devraient pas agir sur la seule foi des informations qui y sont contenues.


À propos de Manon Perreault

Manon Perreault, CRHA intervient en ressources humaines depuis 1995. Titulaire d’une formation en administration/RH et d’une maitrise en éthique appliquée, Manon intervient principalement dans les dossiers de diagnostic RH et d’analyse organisationnelle, de problématique RH/gouvernance, de relations de travail, de prévention des conflits (civilité, harcèlement, intimidation) et de recrutement. Elle s’intéresse aussi systèmes de gouvernance des OSBL et offre des formations aux administrateurs. Elle siège sur plusieurs conseils d’administration, notamment l’Ordre des conseillers en ressources humaines où elle est aussi membre du comité exécutif et présidente du comité de gouvernance et d’éthique.